2ÈME CHSCT EXTRAORDINAIRE LUBRIZOL : AYEZ CONFIANCE, CON-FIAN-CE !

dimanche 13 octobre 2019
par  Stéphane Legardinier
popularité : 4%

Cette deuxième séance extraordinaire du CHSCT, après celle du 30 septembre 2019 (voir compte-rendu sur notre site, rubrique Nos carrières/santé au travail), fut présidée à nouveau par le DASEN. Du moins, avant qu’il ne nous quitte et saisisse l’occasion pour ne pas répondre aux questions sur le droit d’alerte auquel il a refusé de donner suite…
Dans leur déclaration préalable, il est amusant de constater que l’inénarrable représentant UNSA se réapproprie la belle citation de Rostand : « l’obligation de subir nous donne le droit de savoir », citée la veille au soir dans le reportage d’Envoyé spécial par Annie Thébaud-Mony, experte de la santé au travail. Alors que l’UNSA refuse systématiquement de voter des enquêtes du CHSCT, fidèle à son rôle d’allié de l’Administration.
Nous reviendrons dans ce compte-rendu sur les points essentiels de cette séance, à bien des égards exaspérante, mais surtout inquiétante pour la santé de milliers de collègues qui ont le droit de savoir, après avoir subi. Avant de subir encore...

Le DASEN et le parapluie préfectoral
L’IA-DASEN, également président du CHSCT départemental, Olivier Wambecke, a martelé tout au long de la séance que tout se déroule sous l’autorité du préfet. Un représentant de la DSDEN était présent chaque jour au COD (Centre Opérationnel Départemental) de la préfecture.
Le préfet avait pris un arrêté de fermeture pour 13 communes le 26 septembre mais des maires ayant ensuite pris l’initiative de fermer les établissements scolaires, la situation s’en est trouvée compliquée pour la DSDEN, laquelle a suivi les décisions municipales, par souci de cohérence. Complexité renforcée par les décisions de chefs d’établissements d’EPLE. Pour le 27 septembre, le préfet a laissé aux communes toute latitude pour fermer. Les décisions du DASEN ne furent pas difficiles à prendre de son point de vue : il n’y a pas d’autre stratégie possible que celle du préfet pour l’Education Nationale, celle-ci étant un maillon de la chaîne de l’État. C’est pas moi, c’est le préfet !
Il a en outre mis en garde contre certaines informations, qualifiant par exemple de « conneries » (sic) celles d’ATMO Normandie sur les dioxines dans la commune de Préaux. Sur les risques réels liés aux HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques), à l’amiante, au benzène, etc., la réponse est toujours : les analyses communiquées par les autorités sont « rassurantes ». Classique. Insupportable.

Le DASEN peu à l’aise sur le droit de retrait
Interpellé par les syndicats sur le droit de retrait, le DASEN semble peu au fait de la réglementation : si vraiment il y a danger, moi, je partirais en courant, a-t-il dit…
Ensuite, le DASEN et le Rectorat ont cherché à nous enfumer en disant qu’il existe d’importantes limites à l’exercice de ce droit. Que cela n’impressionne pas les collègues : nous leur recommandons la lecture de l’article 5-6 du décret 82-453 ainsi que le guide juridique d’application de ce décret : ils verront par eux-mêmes que dans la situation présente, les retraits étaient parfaitement justifiés.
D’ailleurs, en difficulté sur cette question, le DASEN a pris l’engagement de ne procéder à aucune retenue salariale. Il a même indiqué, poussé en cela par la CGT, de réexaminer la situation de la grève au collège Jean Lecanuet car celle-ci a été déclenchée à cause du refus par la hiérarchie de reconnaître le droit de retrait. Le DASEN le dit : « bienveillance » ! Dont acte.

Gestion problématique du 26 septembre par la DSDEN
Les organisations syndicales ont pointé la très grande confusion qui a régné au sujet des fermetures d’établissements le 26 septembre : à Déville-les-Rouen, exemple rapporté par la FSU, des écoles sont restées ouvertes alors que des établissements du secondaire étaient fermés, ce qu’ignorait le DASEN visiblement.
Autre dysfonctionnement, l’ordre donné le matin du 26 par certains IEN de se rendre sur leur lieu de travail et d’y rester malgré l’incendie en cours.
Le DASEN a cependant fait son mea culpa sur les sms reçus par les directeurs d’école le 26 septembre, vers 9 heures seulement, alors que l’incendie s’est déclaré vers 2h40. Il tente ensuite de se justifier en listant tout ce que ces services ont effectué pendant l’accident, et en énumérant tous les sms envoyés au cours de la journée. Donnant l’impression d’avoir été débordé (« on dort 3 ou 4 heures par nuit »), il tient à faire une mise au point pour contester cela, bien que le ministère n’ait donné aucun moyen supplémentaire à la DSDEN pour affronter une catastrophe à laquelle elle était très mal préparée, de toute évidence.

Aucune garantie sur le nettoyage des établissements scolaires
Cette question cruciale n’a été que peu abordée car le temps de la séance était limité par la DSDEN. Mais malgré les affirmations qui se veulent rassurantes, la réalité est tout à fait différente (nettoyage sans équipements de protection, au kärcher, parfois en présence d’enfants dans les locaux…), et pour la CGT, il aurait fallu faire appel à des entreprises spécialisées, en dépit du coût et du temps que cela prendrait : la santé doit être la priorité des priorités.

Accidents du travail et médecine de prévention : une institution défaillante
Pour la CGT, une fois l’accident intervenu, l’administration a l’obligation de prendre en charge les collègues sur le plan médical. Ce qui n’est pas le cas et nous met en colère. La DSDEN a ainsi été incapable de recenser et de communiquer au CHSCT les déclarations d’accident du travail effectuées depuis le 26 septembre ; incapable de reconnaître qu’il y a potentiellement des centaines d’accidents du travail (on dit accident de service dans la fonction publique) car tous les personnels ayant eu des symptômes sur leur lieu de travail ou pendant le trajet vers celui-ci doivent être pris en charge en accident du travail ; incapable d’admettre que l’employeur a l’obligation de remplir une déclaration d’accident du travail dans ces situations ; incapable d’informer les personnels impactés sur ces procédures et de l’existence de la médecine de prévention du Rectorat ; incapable de donner les moyens à ce service de fonctionner puisqu’il n’y a plus que 1,4 poste de médecin pour environ 35000 personnels dans l’académie, et que le docteur Lecoq, présente à cette séance, a indiqué qu’il faudrait veiller à ne pas saturer ses services ! Franchement, nos collègues ont de quoi être révoltés par la prise en charge de leur employeur.

Droit d’alerte pour danger grave et imminent : que penser d’une administration qui une fois de plus, ne respecte par le droit ?
Aucune réponse, aucune information, aucune suite surtout n’avaient été données par le DASEN au droit d’alerte effectué par la CGT, FO et la FSU le 30 septembre, au moment où se déroulait la séance. A ce stade, il n’y a toujours pas d’enquête du CHSCT, malgré ce que stipule la réglementation, à savoir enquête immédiate (article 5-7 du décret 82-453). Le DASEN a botté en touche et en profité pour quitter la séance, laissant la secrétaire générale répondre laconiquement que les membres recevraient un courrier prochainement. Et il faudrait qu’on fasse confiance !

Vote d’une expertise par un cabinet spécialisé
La CGT pense que le CHSCT doit utiliser les prérogatives qui sont prévues par la loi : sinon, à quoi bon se déplacer si c’est pour seulement écouter les discours lénifiants de l’Administration ? Or, ces prérogatives sont vraiment intéressantes pour la santé des personnels, comme celle consistant à procéder à une expertise indépendante sur Lubrizol par un cabinet spécialisé, en l’occurrence Aptéis.
La délibération soumise au vote par la CGT a donc été adoptée grâce aux voix de la FSU et de FO, et ce malgré le vote contre de l’UNSA, à qui ses adhérents feraient bien de demander des comptes. A lire, le texte en PJ.

Bref, l’Administration est en difficulté et pour notre part, il ne peut être question de faire confiance dans ces conditions. La CGT appelle à amplifier la mobilisation des travailleurs et des citoyens pour exiger la vérité, pour obliger les autorités à prendre des mesures rigoureuses afin de protéger les personnels et les usagers, notamment pour une prise en charge stricte sur le plan médical. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner !


Documents joints

PDF - 81.3 ko
PDF - 81.3 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances